Innover

par la technologie

Utilisation du langage ISO/GPS pour la cotation des plans de définition

Au-delà de la connaissance du langage ISO/GPS, savoir l’utiliser dans la cotation des plans est primordiale.

Plusieurs personnes d’une même entreprise interprètent souvent différemment le tolérancement du plan.

Le personnel des entreprises apprennent souvent le langage ISO/GPS sur le tas, par exemple en lisant la norme et font face à de mauvaises pratiques.

On n’apprend pas à parler en lisant un dictionnaire.

On n’apprend pas la cotation fonctionnelle et le langage ISO/GPS en se contentant de lire les normes.

…. D’où des problèmes de communication entre les différents services d’une entreprise confrontés à un plan de définition.

Par exemple :

Sur la figure ci-dessus, en considérant que cette pièce s’assemble sur des paliers en A et B, il n’apparait pas de fautes d’orthographe du point de vue des normes ISO/GPS. Cependant, même sans tenir compte des valeurs des tolérances, il est présente plusieurs fautes de logique de tolérancement qui vont engendrer des soucis d’assemblage et des résultats de contrôles incohérents avec le fonctionnement: « On peut d’ores et déjà dire que ce plan engendrera des dérogations. »

L’intégration de la cotation fonctionnelle et du langage ISO/GPS doivent être intégrés dans une démarche globale d’entreprise

Quel type de formation choisir?

Appliquer correctement la cotation fonctionnelle et le langage ISO/GPS n’est pas le choix d’une personne seule, c’est une décision d’entreprise ou de service.

Les entreprises privilégient une formation intra (sur site client).

Non seulement en raison d’un intérêt économique évident, mais aussi du fait que la formation pourra être partiellement personnalisée en fonction des activités de l’entreprise. Il est recommandé de mixer les services (bureau d’études, méthode, qualité,…) afin d’améliorer la communication entre eux et aussi de mixer les niveaux.

La formation « Application de la cotation fonctionnelle et du langage ISO/GPS » du CETIM-CERTEC: des plans plus clairs pour une communication univoque (non équivoque)

Moins de 10% des concepteurs connaissent réellement la signification d’une dimension

Exemple:

Sans autre modificateur par défaut, quelle est la signification du diamètre 40 ±0.1 ?

– Le cylindre doit être compris entre deux cylindres de diamètre 39.9 et 40.1 ?
– Chaque cercle du cylindre doit être compris entre deux cercles de diamètre 39.9 et 40.1 ?
Aucune des deux réponses ci-dessus.

 

Lors de cette formation, vous reverrez les bases du tolérancement jusqu’à son application poussée ; les prérequis étant de connaitre les bases du dessin technique.

Cette formation:

  • Satisfait aussi bien le personnel peu expérimenté que les « experts »
  • Privilégie le travail en groupe en tâchant de mixer les niveaux
  • Ne se limite pas à décrire le langage ISO/GPS
  •  Montre son application dans une démarche fonctionnelle complète

On apprend en appliquant.

Nos formateurs sont avant tout des concepteurs à forte expérience issus du monde industriel et maitrisant une CAO.

Vous apprendrez à tolérancer fonctionnellement tout en étant cohérent avec les normes et sans omettre la réalisation des chaines de cotes … il serait peu efficace de se contenter de dérouler les normes en formation!
Vous appliquerez une démarche de tolérancement et de lecture. Cette démarche met en place les systèmes de références principaux, systèmes de références d’assemblage et systèmes de références d’équipements. Le concepteur ou le lecteur doit pouvoir ainsi nommer avec un vocabulaire courant chaque système de références du plan.

Par exemple :

La mise en place de ces systèmes de références est aussi primordiale lorsque les pièces présentent un défaut de forme important telles que les tôles embouties, les ensembles mécanosoudés.
Pour chaque système, vous apprendrez des règles de mises en place des références primaires, secondaires et tertiaires. Ces règles répondent souvent à des fonctions d’assemblage mais pas seulement.
Chaque tolérance est liée avec au moins une des fonctions suivantes : Montabilité, Esthétisme, Etanchéité, Fonctionnement (manœuvre…), Résistance (à l’effort, à l’ambiance, …), Réglementation, …
Nous préconisons que cette liaison soit indiquée sur le plan. Ainsi le concepteur et le lecteur sont capables de retrouver les causes du tolérancement mais surtout les conséquences lorsque celui-ci n’est pas respecté.
Egalement chaque système de références répond à un isostatisme. Le service méthode est ainsi capable d’identifier la gamme de fabrication optimale de sa pièce.

 

Cette démarche améliore sensiblement la clarté des plans de définition et est particulièrement appréciée par les participants à nos formations.

De nombreux concepteurs ou lecteurs pensent maîtriser le langage ISO/GPS ; c’est lors de la lecture de leurs plans en fin de formation qu’ils remettent en cause leurs certitudes!

 

Nota : Il n’est pas forcé d’avoir un tolérancement aussi complet. Il faut aussi savoir évoluer en douceur en conservant la cotation traditionnelle à partir du moment où les systèmes de références sont bien spécifiés.